Le CES de Las Vegas va donner le ton

Intelligence artificielle, voiture autonome, 5G… Voilà le programme alléchant qui nous attend au CES de Las Vegas. Au-delà de cet événement qui donne le ton pour les prochains mois, Les Numériques se penchent sur les 10 thèmes high-tech qui animeront 2018.

Le Consumer Electronic Show ou CES 2018 ouvre ses portes mardi 9 janvier à Las Vegas. Le plus grand salon high-tech du monde offre chaque année une vitrine de ce que seront les principales innovations attendues. Intelligence artificielle, voiture autonome, 5G, 8K… Voilà le programme alléchant qui nous attend durant ces quatre jours de salon que vous pourrez suivre en direct sur le site des Numériques. L’occasion également d’imaginer ce que pourront être les grandes tendances de fond qui nous attendent cette année. En voici 10 que nous estimons incontournables.

1/ L’intelligence artificielle ou le choc des titans


IA_900.jpg © iStock

Elle est désormais partout. Dans votre smartphone, votre assistant personnel ou domestique, et même votre téléviseur. LG va effectivement présenter au CES ses nouveaux téléviseurs Oled intégrant la fonctionnalité ThinQ, qui permet de parler à son téléviseur. Et en 2018, tout le monde s’accorde à dire que l’IA va s’inviter toujours plus dans tous les secteurs. Aloha, l’assistant vocal de Facebook, devrait être commercialisé en mai 2018 et accentuer encore la guerre des GAFA dans ce domaine. Cela va notamment passer par davantage de machine learning et de deep learning, ce qui permet à « un programme d’apprendre à se représenter le monde grâce à un réseau de ‘neurones virtuels’ effectuant chacun des calculs élémentaires », selon Laurent Alexandre, auteur de La guerre des intelligences (JC Lattès).

Les autorités françaises ont pris conscience de l’importance du sujet. Courant 2018, la stratégie du gouvernement devrait être arrêtée. Cédric Villani, le mathématicien et député en charge d’une mission sur l’intelligence artificielle, doit présenter son rapport à la fin du mois. Mais sera-ce suffisant ? Dans son livre blanc sur les tendances Social Media 2018, Kantar Media prédit que « si vous n’êtes pas un roi de la tech comme Amazon, Facebook, Google, Apple, Microsoft ou IBM, vous avez probablement perdu d’avance la bataille de l’IA… ». Un jugement tranché.

2/ La vidéo superstar


réseaux sociaux – © istock – hocus-focus_900.jpg

Il suffit de se balader sur Facebook, Twitter, Snapchat ou YouTube pour s’en rendre compte. La vidéo est partout. Et pour cause : « Les réseaux sociaux développent des algorithmes qui favorisent le contenu le plus engageant, or les vidéos (et en particulier les vidéos live) font partie des formats qui génèrent le plus d’engagement », explique Kantar Média. Le spécialiste en stratégie de communication précise que Facebook a prévu de passer au « tout vidéo » d’ici 5 ans. Un signe qui ne trompe pas et qui est à relier à l’assaut lancé par les réseaux sociaux sur l’univers télévisuel.

La révolution de l’image est effectivement en marche. Les téléspectateurs ont changé leurs habitudes de consommation de programmes TV et ne se laissent plus imposer d’horaires fixes. Avec Netflix, Amazon Prime Video et les autres chaînes de streaming vidéo, la consommation a changé d’ère. Et les réseaux sociaux sont devenus incontournables dans la diffusion d’images. Tous ces nouveaux acteurs font le pari d’un nouveau modèle et d’une nouvelle manière de regarder la télévision. Selon Kantar Media, « en 2018, les plateformes sociales devraient s’associer de plus en plus à la TV traditionnelle, une façon de toucher des audiences plus jeunes ».

3/ Coup d’accélérateur pour l’électrique


Renault_ZOE – Arnaud TAQUETPRODIGIOUS_900.jpg
© Renault & Arnaud Taquet/Prodigious

Que les grands leaders de ce monde croient ou non au réchauffement climatique, la technologie est un pilier pour un monde plus écologique et continuera à accompagner la révolution verte. Une tendance qui devrait s’accélérer en 2018, que ce soit dans l’univers des transports ou de l’habitat. Outre une Tesla Model 3 attendue comme le messie, tous les groupes automobiles investissent massivement dans la production de véhicules plus propres, électrifiés ou roulant à l’hydrogène. Selon les prédictions de The Economist, en 2018, certaines voitures électriques pourraient enfin être vendues à un tarif similaire (voire inférieur) à celui de modèles à peu près équivalents roulant à l’essence. Cela devrait changer pas mal de choses et permettre aux ventes mondiales de véhicules électriques de passer pour la première fois le million d’unités.

Côté maison, c’est encore Tesla qui devrait faire l’actualité en 2018 avec son toit solaire, mais aussi à travers son partenariat avec Panasonic, qui doit fabriquer au sein de la Gigafactory 2 des panneaux solaires très fins au rendement énergétique amélioré.

D’un point de vue plus général, nous devrions beaucoup entendre parler de batteries ces prochains mois, qu’il s’agisse de la production de piles pour les véhicules de toutes sortes ou des installations de type PowerPack, ces grosses batteries pour maisons permettant de stocker l’énergie solaire pour pouvoir la restituer au moment opportun. Des batteries sur lesquelles travaillent d’innombrables laboratoires dans le monde, devant accoucher de modèles de plus grande capacité aux temps de charge largement réduits. Une vieille promesse qui, peu à peu, devrait finir par se concrétiser. Car non, tout ne sera pas encore parfait d’un point de vue environnemental dans l’univers high-tech en 2018, mais cette année promet d’être cruciale dans la réduction des émissions de CO2 et la technologie sera un moyen d’atteindre les objectifs ambitieux qui s’imposent à nous.

4/ La réalité augmentée pour tous


Réalité_augmentée_©peterhowell_iStock_900.jpg
© iStock / peterhowell

Si la réalité virtuelle poursuit son petit bonhomme de chemin sur les marchés du jeu vidéo et des applications professionnelles, le (très) grand public, lui, est promis à l’avènement de la réalité augmentée. Apple avec ARKit et Google avec ARCore ne cachent pas leurs ambitions en la matière et 2018 devrait voir débarquer d’innombrables expériences de ce genre, essentiellement sur plateformes mobiles. Cela dit, au-delà d’un phénomène tel que Pokémon Go ou de quelques applications pratiques pas forcément très concluantes pour le moment, comme la visualisation en 3D proposée par certaines apps (on pense notamment à Ikea), la réalité augmentée devra réussir à faire mieux pour encourager les utilisateurs à y avoir recours plus fréquemment. Cela passera aussi bien par une meilleure maîtrise de la technologie que par le développement de concepts plus forts et marquants, à même de faire entrer la technologie dans une nouvelle ère. Les terminaux sont, eux, déjà au point ; nos smartphones embarquent des puces toujours plus puissantes et des écrans toujours plus larges, de quoi permettre d’entrer de plain-pied dans une réalité augmentée proposant un nouveau niveau de réalisme.

5/ Une génération Z toujours plus connectée


GenerationZ_istock_GeorgeRudy_900.jpg
© iStock / George Rudy

Les smartphones sont devenus des « centres névralgiques », « des couteaux suisses multifonction », expliquaient début 2017 les journalistes Boris Manenti et Céline Cabourg après leur plongée dans les poches des 12-17 ans pour comprendre ce nouveau phénomène de société (Portables : la face cachée des ados, Flammarion). Un phénomène générationnel. Et après la X et la Y, c’est au tour de la génération Z, ces jeunes qui sont nés entre 1995 et 2000, d’entrer en piste. Elle formera les prochains bataillons de salariés dans les entreprises. Et avec elle, « l’hyper-connectivité va atteindre une toute autre dimension et son usage de la technologie la distinguera des autres générations. Lorsque ses membres entreront sur le marché du travail, ils arriveront avec leurs habitudes, leurs technologies et leur culture. L’entreprise intelligente sera fondée sur leurs croyances et leurs attentes », considère Mark Barrenechea, le patron d’OpenText, dans ses prédictions pour 2018. Et avec elle, un nouveau management va devoir voir le jour, moins à cheval sur la hiérarchie, plus intuitif et collaboratif.

6/ La cybersécurité, priorité numéro un


Cyber_900.jpg
© iStock

WannaCrypt, Petya… Partout dans le monde, des cyber-attaques sont commises avec un impact financier de plus en plus lourd pour les entreprises. Selon une étude publiée récemment par Accenture, le coût moyen de la cyber-criminalité a atteint, à l’échelle mondiale, 11,7 millions de dollars par entreprise en 2017, soit une hausse de 23 % par rapport à 2016 (9,5 millions de dollars) et de 62 % ces cinq dernières années. C’est aux États-Unis que le coût moyen est le plus élevé (21,22 millions de dollars par acte criminel), tandis que l’Allemagne enregistre la plus forte hausse du coût total de la cyber-criminalité (de 7,84 à 11,15 millions de dollars). Selon Gartner, les dépenses de sécurité vont encore grimper en 2018. Elles devraient atteindre 96 milliards de dollars, soit une croissance de 8 % par rapport à 2017. Et les failles Meltdown et Spectre n’annoncent rien de bon.

7/ Les fake news dans le collimateur


Fake_News_iStock_Kagenmi_900.jpg
© iStock / Kagenmi

C’est le mot de l’année 2017 selon le dictionnaire Collins. Et il ne devrait pas véritablement se faire oublier en 2018… Les fake news sont devenues « l’une des armes de cette guerre technologique de l’information que livrent aujourd’hui aux démocraties occidentales certains régimes autocratiques », comme le rappelle très justement Le Monde. La lutte contre les fausses informations est donc une priorité pour la démocratie en général et tous les acteurs du web social en particulier, depuis notamment l’élection de Donald Trump jusqu’à celle d’Emmanuel Macron. Et la technologie arrive en renfort, à l’image de Facebook qui utilise le machine learning pour lutter contre les fausses informations postées sur son réseau.

Ce combat est devenu une priorité nationale pour 2018, depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé, lors de ses vœux à la presse, une loi pour lutter contre les contenus sponsorisés sur les réseaux sociaux en période électorale. « Les plates-formes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publique l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus », a précisé le chef de l’État. Mais cette volonté de légiférer a ses limites. Avec notamment une levée de barrage du côté de l’opposition et des défenseurs de la liberté d’expression et de la liberté de la presse.
ARTICLE RECOMMANDÉ – Fake news : Facebook fait le bilan d’un an de lutte et ajuste le tir

8/ Les monnaies virtuelles explosent


Bitcoin_iStock_Pixelfit_900.jpg
© iStock / Pixelfit

Le Bitcoin a été la véritable star de cette fin d’année. Avec un cours qui a tutoyé les 20 000 $, contre 1 000 $ en début d’année, la monnaie virtuelle créée en 2009, qui s’échange de pair à pair sans intermédiaire tout en reposant sur la blockchain, a littéralement explosé — à l’image du Ripple, autre cryptomonnaie moins médiatisée, mais qui a affiché en 2017 une croissance de 36 000 % en un an ! « En matière de monnaie virtuelle, l’une des plus grandes innovations est sans conteste l’utilisation de la technologie blockchain, explique Mark Barrenechea. Son potentiel va bien au-delà du changement de notre mode d’échange et de gestion de la richesse. En reliant une chaîne d’informations archivées ou ‘blocs’ impossibles à modifier, la blockchain a la capacité de créer des systèmes plus transparents et plus sûrs. Ses applications seront nombreuses : modes de transactions, renouvellement de passeports, vote, location de véhicules, paiement d’impôts et même mode d’identification personnelle. 2018 sera ainsi l’année de la blockchain, surtout dans les domaines de la sécurité et du chiffrage ».

Désormais, des levées de fonds en devises virtuelles (Initial Coin Offerings) sont réalisées par certaines entreprises. Alors faut-il craindre une explosion de la bulle spéculative en 2018 ? Beaucoup de voix s’élèvent et tirent la sonnette d’alarme, surtout face à un moyen de paiement qui est également utilisé pour blanchir de l’argent.

9/ L’IoT et la maison connectée


IoT_iStock_Mikkelwilliam_900.jpg
© iStock / Mikkael William

L’internet des objets sera la prochaine révolution industrielle pour nombre d’analystes. Si ce marché doit exploser en 2020 (il devrait peser 14,4 milliards de dollars selon Cisco), il va continuer à monter en puissance. Selon le cabinet Gartner, il devrait y avoir 11 milliards d’objets connectés en 2018, et 20 milliards en 2020. Pour preuve, le poids de la smart home dans les start-up françaises présentes au CES de Las Vegas (cf. infographie ci-dessous).


FrenchTech_900.JPG

10/ Les GAFA dans le viseur fiscal


Apple_900.JPG
© Apple

Fini l’impunité fiscale pour les géants du net ? Pas si sûr, au moment où l’on apprend que Google a eu recours à une société écran aux Bermudes pour échapper à l’impôt. Les politiques ont toutefois décidé de s’attaquer au problème pour mettre la main sur un énorme manque à gagner. Facebook a annoncé pour 2018 qu’il n’affecterait plus ses revenus publicitaires locaux à sa filiale irlandaise. Le réseau social a fait de la transparence un objectif pour cette année. On peut essayer d’y croire. En Europe, l’optimisation fiscale des GAFA est un sujet de premier ordre. La France suggère de taxer le chiffre d’affaires de ces multinationales, mais cette proposition est loin de faire l’unanimité. La Commission européenne doit faire des propositions. L’OCDE doit également avancer des solutions en avril, lors du G20 des ministres des Finances. Comme l’a déclaré Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, « la taxation des GAFA est un problème mondial et la meilleure réponse doit l’être aussi ».

Info: https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/ia-realite-augmentee-gafa-bitcoin-10-grandes-tendances-high-tech-2018-a3489.html

 

Comments are closed.