Et si on se “virtualisait” le visage?

L’Oréal a présenté des expériences de beauté dans le cadre du salon Viva Technology, qui s’est récemment tenu à Paris.

Voulez-vous que l’on vous virtualise le visage ? En voilà une drôle de question. Posée sur le stand L’Oréal qui trône au beau milieu du salon Viva Technology, qui se tenait récemment Porte de Versailles à Paris, cette question n’a cependant rien de bien surprenant. Dans cette Mecque des nouvelles technologies, où grouillent les visiteurs à l’affût des dernières innovations en tous genres, on n’en est plus à une surprise près. Et donc, la réponse est oui, tentons l’expérience. Allons-y pour se faire virtualiser le visage.

Avec, en préambule, quelques mots d’explication quand même. Par exemple, sur l’intérêt de ce miroir magique face auquel défilent les femmes curieuses et ensuite amusées de se voir la tignasse virer au rose puis au vert d’une seconde à l’autre. L’idée de ce petit bijou de technologie ? Avoir un miroir intelligent qui permette aux consommatrices de tester et de choisir virtuellement des looks de maquillage qui s’accordent à leur tenue vestimentaire ou à leur carnation, mais aussi de se projeter dans une autre couleur de cheveux. Histoire de visualiser une nouvelle teinte de coloration avec, grâce à cette image virtuelle, un risque moindre de se tromper au moment de constater le résultat réel.

Ludique, mais pas que, le prototype de cette technologie exclusivement conçu pour Viva Technology par Modiface et la start-up MemoMi, partenaire de L’Oréal, suscite la curiosité et fait manifestement la joie des visiteuses qui, avec patience, attendent leur tour pour tenter l’expérience. Comme cette blonde qui sourit en se découvrant la chevelure d’un improbable vert. Ou encore cette toute jeune femme qui, d’un simple clic, a viré au gris grâce à cette technologie 3D basée sur l’intelligence et présentée par L’Oréal Professionnel dans l’idée d’“améliorer l’interaction entre coiffeurs et consommateurs, pour une meilleure expérience en salon”.

Un robot dans les labos

En amont aussi, tant au niveau de la conception que de la production, le géant cosmétique recourt aux technologies derniers cris. Que ce soit avec cette imprimante 3D de prototype d’emballages, qui fabrique un flacon en quelques heures. Ou que ce soit avec ce robot collaboratif du danois Universal Robot qui, utilisé en laboratoire, mime les gestuelles du maquillage, appliquant inlassablement rouge à lèvres et mascara sur une tête de poupée. Dans quel but ? Permettre d’industrialiser les essais de nouvelles solutions de maquillage pour recueillir des mesures avec une précision scientifique et, in fine, accélérer la mise sur le marché de nouveaux produits. On n’arrête pas le progrès !

Un Service à la consommatrice

Récemment achetée par L’Oréal, Modiface, société spécialisée dans le relooking en réalité augmentée, propose des solutions d’”essayage virtuel” pour la peau, les yeux, les cheveux, basées sur l’analyse en 3D des visages et sur une technique en temps réel des mouvements de la tête pour plus de réalisme. “Ce service permet notamment de mettre en relation à travers un live chat les consommatrices avec des conseillères expertes en maquillage, d’essayer des looks, de bénéficier d’une séance de coaching maquillage en direct et d’acheter des produits en ligne.”

Un diagnostic poussé du cheveu

Si déjà certains coiffeurs offrent à leurs clientes un diagnostic plus ou moins scrupuleux de leurs cheveux, les salons du futur pourraient bien se doter de technologies nettement plus poussées. Ainsi la marque de soins capillaires professionnels de luxe, Kérastase, propose-t-elle un diagnostic personnalisé de la qualité du cuir chevelu et de la fibre capillaire, grâce à une caméra reliée en livestream à une application mobile. Cette technologie devrait permettre aux professionnels de la coiffure de recommander à leurs clients les produits les plus adaptés. Et à ces derniers, tablette en main, de découvrir en direct et en images largement grossies tout ce qui se trame dans leur chevelure.

Des capsules de douche

La Roche-Posay a présenté une nouvelle expérience de la douche, un concept en développement avec la start-up française Skinjay, précurseur en technologie de douche intelligente. Pour les consommateurs ayant la peau sensible, la technologie encapsulée permet d’appliquer les soins dermatologiques Lipikar via l’eau de la douche ou alors, autre option, des huiles essentielles. Comment ça marche ? Pour utiliser ces capsules, il suffit d’installer (en moins d’une minute) le dispositif entre le mitigeur et le flexible de douche, insérer la capsule et tourner le robinet pour prendre une douche intelligente, grâce à l’eau infusée avec des soins dermatologiques pour apaiser les peaux sensibles ou alors des huiles essentielles pour le plaisir des sens et les besoins du moment.

Info: http://www.lalibre.be/lifestyle/mode/et-si-on-se-virtualisait-le-visage-5b1ce52a5532a2968864d08c

Share Opticvideo!

Comments are closed.
X